Imprimer
Homélie prononcée lors du pèlerinage du 19 mars 2010
P3190876
De saint Joseph on ne sait pas grand-chose.
Aucune parole de lui ne nous est parvenue.

On devine cet homme fait tout entier de silence et d'acquiescement au murmure de la Parole en son cœur. Les évangiles nous font pressentir quelques-uns de ses débats intérieurs lorsque l'Ange du Seigneur lui apparaît en songe.
Chaque fois, Joseph est invité à des choix qui engagent, au-delà des risques et des incertitudes de la vie, sa conscience de croyant. Sans chercher à obtenir des garanties pour son action, il se contente de vivre les questions qu'il se pose, entrant par là, simplement et insensiblement, dans leurs réponses. Pour cela Joseph nous est proche, il est un compagnon de nos doutes, de nos hésitations et son attitude peut nous aider à trouver notre chemin.

Prenons le temps de regarder l'évangile. Il nous dit :
« Marie la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph »
« Or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint ».
« Joseph, son époux, qui était un homme juste décida de se séparer d'elle en secret ».
Trois petites phrases qui nous mettent au cœur du problème, au cœur du « mystère de Joseph »
.

Joseph nous est présenté comme:
- Un homme juste : non pas de la justice humaine mais un homme qui porte en lui la pensée de Dieu, la fidélité de Dieu à l'Alliance qu'il a faite avec son peuple.
- Un homme disponible mais qui avance dans la nuit face au mystère qu'il découvre en Marie

Alors, Dieu vient à son secours.
"Joseph, fils de David, ne crains pas !"

 
• Fils de David : Joseph est situé à sa place dans le plan du salut. Par lui, l'enfant de Marie, Jésus : "Dieu sauve", (le Messie) ; Emmanuel : "Dieu avec nous" (le Fils de Dieu), sera reconnu comme le "germe juste" issu de David ainsi que les prophètes l'avaient annoncé. Celui qui vient accomplir le salut non seulement pour le peuple mais pour tous e les hommes

• "Ne crains pas" N'allons pas imaginer que Joseph se méfie de son épouse, qu'il la soupçonne d'infidélité. Il ne s'agit pas de peur, mais de "crainte révérencielle" ce saisissement devant la grandeur de Dieu et l'inouï de son projet qui fait irruption dans son foyer, en Marie son épouse. Joseph comme Marie, comme les prophètes, comme tous les hommes qui font cette expérience, est à la fois émerveillé, et complètement dépassé. Conscient de sa petitesse, de sa pauvreté, il préfère s'effacer, pour ne pas être un obstacle à l'œuvre de Dieu ...

• Mais voilà que Dieu prend l'incitative et lui dit : Ne crains pas, engage ta vie auprès de Marie, donne un nom à l'enfant, sois un père pour lui. Avec Marie, Joseph va être celui qui permet à Dieu de s'enraciner dans l'humanité, un peuple, une famille, une relation à Dieu. Dans la vie familiale ils vont faire que le Fils de Dieu devienne un homme. Il apprendra à marcher, à parler, à vivre sa foi au Dieu d'Israël, à nouer des relations, à travailler de ses mains pour gagner sa vie... à se préparer comme jésus le dira lui-même à être « aux affaires de son Père »

Nous voyons que Dieu ne vient pas troubler ceux qu'il aime, ceux qu'il investit d'une mission. Il est source de paix et de joie.
Et Joseph, dans le silence, la discrétion, consent. Il s'investit totalement.

"Quand Joseph se réveilla, nous dit simplement l'évangile, il fit ce que l'Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse."
« à saint Joseph, nous disait la prière d'ouverture, a été confié la garde des mystères du salut à l'aube des temps nouveaux », et dans la préface nous lisons « il fut le serviteur fidèle et prudent, à qui Dieu confia la sainte famille pour qu'il veille comme un père sur son Fils unique ». Voilà en peu de mots tout le mystère de la vie de Joseph.

Joseph et Marie nous font signe pour nous entraîner, dans le pèlerinage de la foi, à faire ce qui nous a été demandé de la part de Dieu.

Comme Joseph nous aussi, nous sommes appelés à être « les gardiens du Sacré », du mystère de vie, en nous-mêmes, dans notre vie, dans notre travail, dans notre monde d'aujourd'hui.
Il n'y a là rien d'extraordinaire, rien que des choses de la vie quotidienne. Nous ne faisons que nouer les humbles liens et relations de la vie, de nos connaissances, de notre travail, mais c'est justement là que nous sommes ceux que Dieu appelle à assurer la garde de ce qui est sacré, de ce qui est grand, de la grâce de Dieu en nous et autour de nous, de son amour manifesté par le don de son Fils au monde

Comme Joseph, face au mystère de notre vie, au regard d'amour de Dieu, à sa pensée sur nous, à l'appel de Dieu, nous sommes souvent dans la nuit, nous nous posons des questions. Comme à Joseph Dieu nous redit : "Ne crains pas", comme à Marie : "Sois sans crainte".
C'est un appel qui nous est adressé :

- à faire confiance au Seigneur, à son amour pour nous, à le découvrir chaque jour présent dans nos vies, à chaque pas.

- à être "homme juste" : celui qui accueille la pensée de Dieu et la porte en lui comme source de vie.

- à ouvrir nos cœurs et nos vies à Jésus, (Emmanuel, Dieu avec nous). Dieu avec moi, chaque jour, chaque instant, qui m'invite à le suivre à marcher avec lui, à être témoin de son amour.

- à prendre le temps, à la lumière de la parole de Dieu, de relire notre vie pour y découvrir les attentes de Dieu, les espérances de Dieu, et vivre pleinement notre engagement baptismal.

- A oser nous engager au service des temps nouveaux, dans le monde et dans nos communautés chrétiennes...

Joseph... l'homme qui a adopté le fils de Dieu. Telle est sa justice.

Telle est aussi la nôtre, quand nous vivons au cœur de nos vies, de nos amours de nos relations et de nos hésitations l'histoire de Dieu avec nous.

Rendons grâce à Dieu pour Joseph, époux de Marie, père adoptif de Jésus,

modèle qui nous est donné pour notre vie de foi.

Que saint Joseph veille sur nous et nous aide à être « justes » et disponibles pour collaborer à l'œuvre du salut de Dieu aujourd'hui, là où nous sommes.

P. Gilbert Bonnemort msc